Ce week-end, la deuxième journée de Ligue 1 nous a réservé de belles surprises. Si Monaco a été accroché à domicile par Lille (0-0), Lyon et Marseille ont respectivement été battus par Reims (1-0) et Nîmes (3-1). Les « poursuivants » les plus crédibles du PSG sont à la peine.

Monaco 0 – Lille 0

Ce n’est pas un secret, les Monégasques sont en pleine reconstruction cette saison. Sur la fin d’un cycle, la formation de Leonardo Jardim a grandement été renouvelée durant ce mercato estival. Et malgré un premier succès acquis sur le terrain de Nantes lors de la première journée (3-1), l’AS Monaco avait montré beaucoup de lacunes. Samedi, cela s’est confirmé lors de la réception de Lille. Car si l’ASM avait laissé le jeu aux Nantais, procédant uniquement en contres, Rony Lopes et ses coéquipiers ont eu beaucoup moins de réussite face aux Lillois de Christophe Galtier. Rarement dangereux, ils auraient tout de même pu s’en sortir, in-extremis, si Radamel Falcao avait converti son penalty. Prémisse d’une saison compliquée ?

Reims 1 – Lyon 0

En déplacement chez le promu rémois, vainqueur de Nice lors de la première journée (1-0), les Lyonnais sont passés à côté de la plaque. Cela, la faute à un manque de rigueur évident. Clairement, les hommes de Bruno Génésio se sont vu « trop beaux trop tôt ». Ils n’ont pas abordé leur rencontre comme il le fallait, sous-estimant presque leurs adversaires. De quoi provoquer la colère du président Jean-Michel Aulas, pas tendre avec ses joueurs. « C’est une défaite cruelle mais on aurait dû faire beaucoup mieux et on ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, lançait « JMA » dans les entrailles du stade Auguste-Delaune. Comme à Nice (0-1), Reims, avec un système de jeu très bas et une projection rapide, sait mettre en difficultés les équipes qui sont censées jouer le haut du tableau. Je n’ai pas senti qu’on était prêt à jouer ce genre d’équipes. »

Nîmes 3 – OM 1

L’Olympique de Marseille a énormément déçu. Hier soir, les Olympiens ont souffert face à de surprenants « Crocos ». Inquiétante, la prestation de l’OM a révélé de grandes failles. Et pourtant, Rudi Garcia alignait ses néo champions du monde au coup d’envoi : Florian Thauvin, Adil Rami et Steve Mandanda. De ces trois-là, seul le premier nommé rendait une copie correcte, égalisant d’un piqué astucieux en début de seconde période. La soirée a été bien plus compliquée pour les deux autres. Souvent pris de vitesse, dépassé, Adil Rami était-il réellement prêt pour disputer un match plein ? Pas sûr. Quant à Steve Mandanda, dont le bras était trop court sur le but de Denis Bouanga et la sortie pas assez prompte sur celui de Sada Thioub, il a dû céder sa place peu après l’heure de jeu (65). Une énième blessure musculaire pour le portier marseillais, peu aidé par ses quatre défenseurs hier.