Appliquée en Serie A et en Bundesliga la saison dernière, la VAR (video assistant referee) a débarqué en Ligue 1 Conforama. Après seulement deux journées de championnat, elle suscite déjà la controverse.

Nous l’avions réellement découverte cet été, lors du mondial en Russie. L’assistance vidéo à l’arbitrage, VAR, censée balayer les doutes pouvant subsister autour d’un but, n’aura pas mis longtemps à faire parler d’elle dans l’Hexagone. Le week-end dernier, elle créait la polémique lors de deux rencontres. Au stade de Roudourou, l’En Avant de Guingamp en faisait les frais à son insu. Devant au score face à l’ogre parisien, l’EAG s’est vu annuler un but sur consultation de l’arbitrage vidéo. Pire encore, les hommes d’Antoine Kombouaré auraient pu bénéficier d’un penalty, si Clément Turpin n’en avait pas décidé autrement. « La VAR ne sert à rien s’il n’y a que l’arbitre de terrain qui décide » lâchait, frustré, l’attaquant Nicolas Benezet après la rencontre. À juste titre, la décision finale n’appartient qu’à l’homme au sifflet. S’il s’est levé du mauvais pied, il peut donc accorder et refuser ce qu’il souhaite, comme bon lui semble. Imaginons que Tony Chapron soit encore en activité et qu’il doive prendre une décision concernant le Nantais Diego Carlos (avec qui il a eu un différend). En sera-t-elle impactée par un choix personnel ?

Au stade des Costières, scénario différent aux conséquences équivalentes. Accroché par le maillot à plusieurs reprises, Valère Germain, loin d’être un joueur connu pour ses contestations, réclamait à Benoît Bastien un penalty pour un tirage de maillot. Au ralenti, l’anti jeu, flagrant, reste impuni. Ce dernier ne bronchait pas, jamais prévenu à l’oreillette. Et la physionomie de la partie n’était peut-être plus la même (loin de là l’idée de lever du mérite à ces valeureux Nîmois).

Que pensez-vous de la VAR ? Faut-il la maintenir pour la saison prochaine ?

N’hésitez pas à laisser un commentaire
ci-dessous, pour que nous puissions en débattre ensemble !